Marche sensible : comment récolter des contenus ?

Cette ressource fait partie du kit pédagogique La marche sensible, dont l’objectif est de proposer un outil/dispositif pour sensibiliser à l’espace, collecter, organiser et traduire des données sur un territoire avec une méthodologie spécifique.

Pour récolter des contenus en marchant, plusieurs méthodes sont possibles. Nous en proposons ici quelques-unes que nous avons regroupées en fonction du médium principalement utilisé : écrit et image, son et écrit, etc. Toutefois, un grand nombre d’entre-elles mêlent plusieurs médiums.

I/ Récolter de l’écrit

Objectif :
Récolter sous forme d’écrit les sensations, connaissances, impressions, descriptions, au fil du parcours. Vous pouvez récolter ces impressions sous forme de :

  • Description.
  • Inventaire.
  • Liste.
  • Récit.
  • Enquête.
  • Calligramme.

Références littéraires :
Guillaume Apollinaire, François Bon, Gustave Flaubert, Georges Perec, Francis Ponge, Jacques Prévert.

Exemples de réalisation :
Voir les exemples de Parcours Polyglotte de Jean-Paul Thibaud, À la manière de et Tentative d’épuisement d’un lieu parisien de Georges Perec.

II/ Récolter du son

Objectif :
Écouter et récolter des sons, de la parole, écouter ce qui nous entoure :

  • Prise de son d’ambiances.
  • Interviews.
  • Enregistrer comme audiodescription ce que l’on voit.
  • Carte postale sonore.

Références :
Gilles Malatray, Pierre Redon, Jean-Paul Thibaud.
Documentaires sonores :  Arte Radio, « Les Pieds sur terre » sur France Culture.

Exemples de réalisation :

III/ Récolter des images

Objectif :
Récolter de l’image pour capter l’environnement :

  • Dessin : croquis (détails, skyline, ambiance, etc.), carte sensible, schéma, etc.
  • Photographie : définir des contraintes, de cadre, de choix, de démarche.
  • Vidéo : réaliser des vidéos (plans fixes, travelling, panoramique, petits films en « tourné-monté »).

Références :
Dennis Adam, L’itinéraire de Petiteau (forme du roman photo).
La forme des planches d’un atlas (Atlas des espaces publics à Saint-Étienne).
Carnets de croquis et commentaires d’artistes et architectes : Allan B. Jacobs.

Exemples de réalisation :

LES AUTEURS
Olivier Ocquidant est doctorant en sociologie à l’université de Saint-Étienne, au laboratoire « Centre Max Weber ». Il mène une thèse sur les formes sensibles de l’urbanité et anime des ateliers de type marche sensible. Il enseigne à l’université et en écoles d’architecture.
Mireille Sicard, Architecte DPLG, CEAA Les métiers de l’histoire de l’architecture, ENSAG est aussi Directrice de la Maison de l’Architecture de l’Isère et responsable du GT Pédagogie du RMA et chef de projet d’ArchipédagogiE.org. Elle enseigne la médiation de l’architecture à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble.
Sabine Thuilier est architecte, enseignante à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Clermont-Ferrand, et membre associée du Groupe de Recherche en Formation Ressources. Fondatrice et co-directrice artistique de Pixel[13], art(s), architecture(s) et territoire(s), qui développe, depuis 20 ans, créations in-situ et ateliers jeune public ; elle y expérimente la marche, comme acte artistique sur différents territoires.
Valérie Vedrenne est conseillère Architecture, Patrimoine, Musées à la Délégation aux Arts et à la Culture de Grenoble, Coordonnatrice du PREAC Architecture pour la Région ARA. Elle enseigne les Arts plastiques en établissement du secondaire.

COORDINATION DE LA RESSOURCE
École nationale supérieure d’architecture de Grenoble
École nationale supérieure d’architecture de Saint-Étienne
Canopé Auvergne-Rhône-Alpes
Rectorat DAAC de Grenoble