Culture professionnelle : restitution du stage Préac Design 2019

You are currently viewing Culture professionnelle : restitution du stage Préac Design 2019
Biennale internationale du design de Saint-Étienne 2019 © cité du design

Garder trace d’un événementiel et des ressources produites à cette occasion : retour sur le stage national 2019 du PREAC Design « Le design, un moteur d’innovation dans l’éducation ? » et bilan par Corinne Roux-Lafay, enseignante en philosophie et en éducation morale et civique à l’Inspé de Lyon-Saint-Étienne, docteure en études psychanalytiques et dont les travaux de recherche portent sur le lien entre école, éducation, formation, éthique et morale.

Le stage national de formateurs du PREAC Design « Le Design : un moteur d’innovation dans l’éducation ? » s’est déroulé les lundi 25, mardi 26 et mercredi 27 mars 2019. Adossé à la Biennale internationale du design de Saint-Étienne 2019 (BID 2019), sa thématique a rejoint celle de la biennale : « Me you nous : créons un terrain d’entente. »
Le stage a accueilli 123 participant·e·s venu·e·s de la France entière et de Tunisie, ainsi qu’une quinzaine d’« auditeurs libres » et des cadres et étudiants de l’École supérieure d’art et design de Saint-Étienne (ESADSE), lesquels ont participé à un cycle de conférences et d’ateliers/workshops. Quelques 25 intervenant·e·s se sont succédé seul·e·s, en binôme ou en trinôme au cours des trois jours de formation. Leurs interventions ont éclairé la thématique choisie (design, innovation, éducation) et son lien à la biennale.

Retrouvez le programme de ce stage national 2019 ci-dessous.

Corinne Roux-Lafay a participé à ce stage en qualité de grand témoin. Dans son bilan, elle a proposé un retour réflexif et philosophique sur ce qui s’est joué durant ces trois jours de stage. Partant de la question « Le design, un moteur d’innovation dans l’éducation ? », et s’appuyant sur les interventions et temps d’échanges du stage, son propos de clôture a tressé les rubans de la citoyenneté sociale (collaboration, écocitoyenneté), du bien-vivre et apprendre ensemble (inclusion, connexion) ainsi que d’un questionnement toujours ouvert (numérique, frontières).

« Je veux pourtant croire que l’utopie donne à penser et à créer, et que cette rencontre du PREAC, qui questionne nos identités professionnelles et déplace les frontières sans les annuler, est un terrain fertile pour une collaboration sans enjeu autre que le plaisir d’en partager la joie et les couleurs, à travers une biennale convoquant l’émotion et la réflexion. »

Écoutez son intervention.

Accessible également en version PDF ci-dessous.

L’AUTEUR
Atelier Canopé 42 – Saint-Étienne, coordinateur du PREAC Design.