Soundpainting et gramophones : Corps en mouvement et création musicale

You are currently viewing Soundpainting et gramophones : Corps en mouvement et création musicale

Le Soundpainting est un langage de signes universel permettant la composition en temps réel, pour des musiciens, des comédiens ou des danseurs. Son caractère multidisciplinaire lui permet d’associer à tous types d’instruments, y compris des gramophones.

  • Comment associer dans une pratique musicale collective matière sonore et mouvement ? Voix et technologie ?
  • Comment créer collectivement en laissant place à l’improvisation ?
  • Comment le soundpainting peut-il permettre à chacun de trouver sa place au sein d’une création collective associant différentes expressions artistiques ?

Cette ressource aborde ces questions à travers quelques éléments de présentation et se conclut par un retour d’expérience.

Soundpainting et gramophone

  • Le soundpainting :

Le Soundpainting est un langage de signes, universel et multidisciplinaire, permettant la composition en temps réel, pour des musiciens, des comédiens ou des danseurs. Ce langage qui comporte aujourd’hui plus de 1500 gestes a été inventé par Walter Thompson à Woodstock, en 1974. “Le Soundpainter (compositeur), se tenant (généralement) en face du groupe, communique avec lui par des séries de signes, en se servant de ses mains et de son corps, indiquant ainsi quels matériaux spécifiques et/ou aléatoires les performers auront à exécuter. Le Soundpainter se sert des réponses des performers, les modelant, leur donnant une forme, puis signe une autre série de gestes, une phrase, et ainsi de suite, continuant le processus de composition de la pièce.” Extrait du site de Walter Thompson, site référence sur le sujet.

L’atelier Canopé de l’Allier a réalisé une série de capsules permettant de s’initier à ce langage :

  • Le Gramophone :

Le Gramophone est un instrument de musique programmable développé à Grame dans le cadre du projet Amstramgrame. À l’instar des instruments de musique acoustiques “traditionnels” comme la trompette, le tabla ou le violon, il permet de produire du son, d’être contrôlé par un musicien et est complètement indépendant (il n’a pas besoin d’être branché avec un câble pour fonctionner). À l’inverse des instruments acoustiques, le son qu’il produit et son comportement sont complètement malléables et peuvent être décrits par la programmation informatique grâce au langage Faust.

(Texte de présentation issu du site de AmStramGrame)

S’initier au soundpainting et aux gramophones en classe : retour d’expérience

Contexte du projet

Le projet “Micro-Festival de Folie” est un projet artistique de création sonore et instrumentale en lien avec la Micro-Folie de Couzon (centre de ressources multicuturelles). Conduit sur deux années, entre 2019 et 2021, il a proposé à des élèves de s’initier au soundpainting et à l’utilisation des gramophones.

Ce projet a fédéré des classes du CE2 à la 5eme sur le secteur de Lurcy-Lévis : Couzon, Saint-Plaisir, Le Veurdre, Lurcy-Lévis. Une autre classe, la classe Orchestre du collège de Bourbon l’Archambault, s’est investie en deuxième année pour jouer les accompagnements instrumentaux de deux créations.

Porté par la DSDEN de l’Allier et l’atelier Canopé de Moulins, le projet a bénéficié du soutien financier de la SACEM, CANOPE, du Conseil départemental de l’Allier et de la DRAC.

Déroulé du projet

La première année, les élèves ont découvert des pratiques musicales innovantes : utilisation de gramophones et soundpainting notamment. Grâce à ces temps de pratique, ils ont pu expérimenter leur voix, perfectionner leurs capacités d’écoute, développer leur confiance en eux et travailler en groupe.

Par ailleurs, ils ont également travaillé à l’analyse d’œuvres d’arts projetées à la Micro-Folie de Couzon. Celle-ci, tout récemment implantée dans le village de Couzon, est un centre de ressources multi-culturelles numériques, permettant de visionner des contenus issus des plus grands musées nationaux ou des captations de spectacles vivants. Chaque classe a ainsi choisi et étudié une œuvre qui est devenue support de création d’une chanson. Ce travail a été accompagné par des artistes compositeurs et interprètes et a ainsi permis la rencontre et l’échange avec des artistes tels que Sophie Forte, Didier Robin et Bastien Lucas.

A l’issue de cette première année, un répertoire a ainsi été créé.

La seconde année, les différentes pratiques artistiques, soundpainting et gramophone, ont été poursuivies. Les classes se sont ensuite impliquées dans l’apprentissage du répertoire. Le projet initial de restitution sous forme de Festival et de concert en plein air dans le cadre de la Micro-Folie a finalement évolué vers un enregistrement en studio aux « Studios Palace » à Moulins.

En fin de projet, chaque élève s’est vu remettre une clé USB rassemblant les productions artistiques compilées au cours des deux années.

Voir la vidéo du projet :

Cette ressource est issue d’un projet de formation du PREAC Opéra et Expressions, en partenariat avec Grame, autour du projet “Micro-Festival de Folie” et qui aurait dû avoir lieu en mai 2021

Les auteurs :

Céline de Buttet est enseignante de lettres modernes. Rattachée à la Délégation Académique aux  Arts et à la Culture (DAAC) de l’académie de Lyon, elle coordonne le PREAC Opéra et Expressions vocales.

Clarisse Triniac, CPDEM dans l’Allier, coordinatrice du projet Micro-Festival de Folie.