La marche sensible : pistes pédagogiques

You are currently viewing La marche sensible : pistes pédagogiques
Raychan / Unsplash

Objectif de ces pistes pédagogiques

L’objectif de cette ressource est de proposer un outil/dispositif pour sensibiliser à l’espace, collecter, organiser et traduire des données sur un territoire avec une méthodologie spécifique.

_

Le principe de la marche sensible

La méthodologie de la marche sensible permet une approche active et sensible d’un territoire, d’un espace plus ou moins restreint, par le biais des perceptions et des sensations de chacun.
Par un protocole déterminé, la marche sensible dépasse en effet la simple observation d’un lieu ou la balade urbaine, pour amener vers une compréhension de celui-ci où chacun écoute son propre ressenti et le confronte à celui des autres.

_

Publics concernés

Niveaux : 1er degré, collège, lycée, enseignement supérieur.
Disciplines : LVE 1re et terminale GT, formation culturelle et interculturelle.

Adaptable à de jeunes enfants comme à des publics plus âgés, pouvant être pratiqué de manière intergénérationnelle, ce temps de la marche, du regard, du choix et de la restitution des données collectées peut être un outil pédagogique pour développer un dispositif ou un projet interdisciplinaire : classe à PAC, EPI, résidence d’architectes, ateliers citoyens et écologiques.

_

Compétences développées

Ce dispositif permet le développement de compétences citoyennes, artistiques, scientifiques, et bien sûr langagières

Apprendre à regarder, observer, ressentir, écouter, choisir, rendre compte sont au cœur de la méthodologie de la marche sensible, favorisant une approche interdisciplinaire, développant des compétences citoyennes et artistiques, certes, mais aussi autour de la maîtrise de la langue, orale ou écrite, des compétences géographiques et historiques, sociologiques et scientifiques en lien avec les programmes, permettant ainsi aux élèves de mieux comprendre les territoires et espaces qui les entourent.

I/ Qu’est-ce que la marche sensible ?

D’où vient-elle ? En quoi consiste-t-elle ? À quoi sert-elle ? Découvrez-le ici.

II/ Outils et méthodes de la marche sensible

 Des outils et méthodes à mener en classe.

III/ Pour aller plus loin

Développez des pistes de réflexions et inspirez-vous grâce à une bibliographie.

Découvrez des récits d’expériences d’enseignant.e.s.

LES AUTEURS
Olivier Ocquidant est doctorant en sociologie à l’université de Saint-Étienne, au laboratoire « Centre Max Weber ». Il mène une thèse sur les formes sensibles de l’urbanité et anime des ateliers de type marche sensible. Il enseigne à l’université et en écoles d’architecture.
Mireille Sicard, architecte DPLG, CEAA Les métiers de l’histoire de l’architecture, ENSAG est aussi directrice de la Maison de l’architecture de l’Isère et responsable du GT Pédagogie du RMA et chef de projet d’ArchipédagogiE.org. Elle enseigne la médiation de l’architecture à l’École nationale supérieure d’architecture de Grenoble.
Sabine Thuilier est architecte, enseignante à l’École nationale supérieure d’architecture de Clermont-Ferrand, et membre associée du Groupe de Recherche en Formation Ressources. Fondatrice et co-directrice artistique de Pixel[13], art(s), architecture(s) et territoire(s), qui développe, depuis 20 ans, créations in-situ et ateliers jeune public ; elle y expérimente la marche, comme acte artistique sur différents territoires.
Valérie Vedrenne est conseillère Architecture, Patrimoine et Musées à la délégation académiques aux arts et à la culture de Grenoble, coordonnatrice du PRÉAC Architecture pour la Région ARA. Elle enseigne les Arts plastiques en établissement du secondaire.

COORDINATION DE LA RESSOURCE
École nationale supérieure d’architecture de Grenoble
École nationale supérieure d’architecture de Saint-Étienne
Canopé Auvergne-Rhône-Alpes
Rectorat DAAC de Grenoble